Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 18:31

Les dernières tendances le confirment. Si les socialistes progressent légèrement, c'est le Front national qui semble bénéficier de la vague d'attentats islamistes qui a ensanglanté la France.

N'est-ce pas ce que cherchent les terroristes ? Que les actes odieux commis le 13 novembre poussent les Français à se tourner vers l'extrême droite, et d'autres à commettre des agressions contre des musulmans, ou présumés musulmans.

Pourtant l'extrême droite a elle-même pratiqué la violence ou le terrorisme. Il suffit de se rappeler le jeune homme jeté dans la Seine par des skinheads en marge d'un rassemblement du FN, ou les 4 militants de SOS-France dont un ancien candidat FN victimes de leur propre bombe lors d'un attentat raté à Toulon.

Force est de constater que les agressions contre les biens et personnes appartenant à la communauté musulmane ont augmenté depuis le 13 novembre. Tags contre des mosquées, agressions physiques et verbales.... Ces actes sont injustifiables et intolérables.

Or les milieux intégristes et salafistes se servent abondamment de ces violences pour se poser en victimes. Il suffit de lire certains pages salafistes sur les réseaux sociaux comme celle du comité anti islamophobie pour constater que des agressions verbales contre des femmes voilées semblent plus les préoccuper que 130 personnes assassinées méthodiquement.

N'oublions pas que certains en janvier tels que Tariq Ramadan pensaient les les dessinateurs de Charlie Hebdo l'avaient bien cherché. Ou d'autres comme Azouzi mettaient sur le même plan les vicitmes et les bourreaux.

Deux extrémismes qui s'autoalimentent

Finalement, l'extrême droite française, et les milieux islamistes salafistes sont deux mouvements qui s'autoalimentent.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Emmanuel Drouin

Habitant le centre-ville de Segré, je suis enseignant en économie à l’Ecole supérieure d’agriculture d’Angers. Responsable d’une association de solidarité, puis d’un club sportif, j'ai acquis la conviction que pour Segré, la concertation avec les habitants et les acteurs du territoire est la démarche pour construire un projet ambitieux. Au quotidien, mon action se porte vers la constitution de ce projet des Segréens. Je travaille avec mon équipe et les élus de l’opposition de Segré. J’échange aussi avec les élus du Maine-et-Loire et d'autres départements. Souhaitant sortir Segré de son immobilisme, j’ai les compétences et l’équipe pour le faire.

Contacts

Mail.png Facebook.png Twitter