Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 19:46
Seulement 1,2 % d’aliments bios dans les cantines de Segré… Développement durable ou green-wahsing ?

1,2 %, le chiffre a été annoncé en catimini aux parents d'élèves, en conseil d’école. C’est la part de produits bios et locaux dans les cantines de Segré. La politique de développement durable de Segré n’est conforme ni à l’esprit, ni à la lettre du Grenelle de l’environnement qui fixait un objectif de produits bios ET locaux dans la restauration collective. C’est très loin des 23 % annoncés par la municipalité dans le dernier Segré infos.

Et l’on ne parle pas des 0% de produits bios dans les cantines des maisons de retraite du Segréen qui dépendent du Conseil départemental.

Un Grenelle de l’environnement dévoyé

En 2008, le Grenelle avait pris en compte plusieurs éléments pour justifier le seuil de 20% de produits bios ET locaux dans la restauration collective :

  • La France est le plus gros consommateur européen de pesticides dont 95% est d’origine agricole ;
  • Le consensus est désormais établi entre les chercheurs sur l’impact des pesticides sur la santé, notamment le cancer du cerveau ou les lymphomes ;
  • Des 3 signes officiels de qualité (AOC AOP et label rouge), le label Agriculture biologique est le seul à bannir totalement les pesticides. Les 3 signes de qualité sont les seuls à faire l’objet de contrôle concernant le respect de leur cahier des charges ;
  • La part de la restauration collective étant importante, soutenir la production biologique est un outil de santé publique, et un moyen d’améliorer la qualité des sols, et la qualité de l'alimentation.
  • Pour limiter l’impact sur l’environnement, il est souhaitable que ces produits bios soient produits localement. Cependant il est préférable de consommer des produits bios en circuit long plutôt que des produits locaux surtraités.

Les enjeux du Grenelle sont d’autant plus importants que le scandale des pesticides a encore fait la une de l’actualité à travers l’enquête sur la pollution dans les écoles ou les habitations à proximité de champs.

Cash investigation à Segré ?

Cher(e)s Segréennes et Segréens, savez-vous qu'une pomme conventionnelle, même locale, subit entre 20 et 25 traitements ?

Cher(e)s Segréennes et Segréens, savez-vous que vous buvez l’eau de la Loire?

En effet, le conseil départemental a dû financer un raccordement de la Loire à Segré et de la Loire à Candé pour un coût de 7 M€. Car, le bassin de l’Oudon est particulièrement touché par les pollutions d’origine agricole. La présence de nitrates et de pesticides comme le glyphosate, l’AMPA ou le métazachlore dépasse parfois les limites réglementaires.

Agir dans la transparence

Agir pour la santé et l’environnement sur notre territoire est une urgence.

Il ne s’agit pas de remettre en question les 22 % de produits locaux conventionnels à travers les contrats passés avec des agriculteurs. Une partie de ceux-ci fait des efforts en matière environnementale ou de qualité gustative des produits.

Il s’agit de répondre aux objectifs du Grenelle de l’environnement avec au moins 20% de produits bios ET locaux, et 22 % d’autres produits locaux.

Il s'agit de répondre aux parents qui depuis 2014, demandent régulièrement que l'effort soit mis sur le bio.

A plusieurs reprises, les adjoints ont refusé de communiquer aux élus de la minorité la part des produits bios dans les cantines, C’est d’autant plus regrettable que la qualité de l’alimentation des enfants devrait être l’objet d’un consensus. Mais force est de constater que l’annonce d’un taux de 23 % de produits bios locaux dans le dernier PRAVDA INFOS relève au mieux d’un vulgaire green washing, au pire d’une vaste opération de communication matinée de manipulation.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Emmanuel Drouin

Habitant le centre-ville de Segré, je suis enseignant en économie à l’Ecole supérieure d’agriculture d’Angers. Responsable d’une association de solidarité, puis d’un club sportif, j'ai acquis la conviction que pour Segré, la concertation avec les habitants et les acteurs du territoire est la démarche pour construire un projet ambitieux. Au quotidien, mon action se porte vers la constitution de ce projet des Segréens. Je travaille avec mon équipe et les élus de l’opposition de Segré. J’échange aussi avec les élus du Maine-et-Loire et d'autres départements. Souhaitant sortir Segré de son immobilisme, j’ai les compétences et l’équipe pour le faire.

Contacts

Mail.png Facebook.png Twitter