Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 21:51

Années 1930...

17 juin 1930. Moins d'un an après la crise financière de 1929, la Loi Hawley-Smoot Tariff Act est promulgée aux Etats-Unis par le président Hoover. Malgré les avertissements de 1028 économistes, elle prévoit des augmentations significatives des droits de douane. 

Si ces mesures protectionnistes n'ont pas déclenché la crise, elles l'ont aggravé car les pays européens vont mettre en place des mesures de rétorsion qui vont conduire à un effondrement du commerce mondial, et transformer la crise en dépression économique. 

Le PIB chute d'environ 25 à 30%

On connait la suite : montée des nationalismes, réactions en chaîne sur le Vieux continent avec des dictatures qui s'installent en Allemagne, Italie, Espagne, Roumanie, Hongrie, Autriche, Tchécoslovaquie, Portugal, Grèce, Yougoslavie, Pologne, Bulgarie... qui conduisent à la guerre...

9 mai 1950, déclaration Schumann : 

La mise en commun du charbon et de l'acier, puis la mise en place d'un marché commun entre les pays européens doit permettre une "solidarité de production qui sera ainsi nouée manifestera que toute guerre entre la France et l'Allemagne devient non seulement impensable, mais matériellement impossible"

Pour Schumann, le commerce est la condition indispensable pour ne pas revivre la guerre. Car, la réduction des droits de douane par le GATT, puis l'OMC, la suppression des droits de douane au sein de la CEE, puis de l'UE rendent interdépendants les pays. 

Crise de 2008 et tentation protectionniste

Malgré les discours nationalistes, le patriotisme économique, ou les discours dominants valorisant la démondialisation ou le protectionnisme, les dirigeants du monde ont jusqu'en 2016 évité le recours aux mesures protectionnistes. 

Force est de constater que la crise a entraîné une croissance atone, proche de 0%, mais que les principaux pays développés n'ont pas conduit à une dépression économique comme dans les années 1930. 

 

Et maintenant, 2016, 2017... 

Brexit, avec ses conséquences prévisibles sur le commerce entre l'Europe et le Royaume-Uni, Election de Donald Trump, avec ses mesures protectionnistes contre l'Asie et le Mexique, Election possible de Le Pen, avec un programme ultra protectionniste, domination des idées protectionnistes en France avec Jean-Luc Mélenchon, montée des nationalismes en Europe... Le monde est en train de basculer sur une pente dangereuse dont les conséquences économiques pourraient être désastreuses, et transformer la crise de 2008 en réelle dépression économique.

Et la suite... Si les mesures protectionnistes sont mises en place en France ? Si la France quitte l'UE ? 

- Qui va expliquer aux viticulteurs que le prix de leurs vins va baisser parce qu'ils ne pourront plus les exporter ? 

- Qui va expliquer aux salariés de Paulstra à Segré qu'ils perdront leur travail parce que des barrières douanières seront mises en place si la France quitte l'UE ? 

- Qui va expliquer aux éleveurs laitiers ou aux éleveurs porcins que les cours s'effondreront parce qu'ils ne pourront plus satisfaire la demande chinoise, les Chinois ayant trouvé d'autres fournisseurs ? 

- Qui va expliquer aux salariés d'Airbus et de ses sous-traitants qu'ils perdront leur travail parce que les emplois se délocaliseront vers les autres pays européens ? 

Le protectionnisme, même "intelligent" n'a jamais apporté la prospérité. Il a toujours aggravé la situation économique, et parfois conduit à la guerre. 

Dernière question : qui expliquera aux plus jeunes qui auront peut-être à subir le nationalisme et la guerre que les responsables politiques n'ont pas su dire non en 2016-2017 ? 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Emmanuel Drouin

Habitant le centre-ville de Segré, je suis enseignant en économie à l’Ecole supérieure d’agriculture d’Angers. Responsable d’une association de solidarité, puis d’un club sportif, j'ai acquis la conviction que pour Segré, la concertation avec les habitants et les acteurs du territoire est la démarche pour construire un projet ambitieux. Au quotidien, mon action se porte vers la constitution de ce projet des Segréens. Je travaille avec mon équipe et les élus de l’opposition de Segré. J’échange aussi avec les élus du Maine-et-Loire et d'autres départements. Souhaitant sortir Segré de son immobilisme, j’ai les compétences et l’équipe pour le faire.

Contacts

Mail.png Facebook.png Twitter