Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2017 4 14 /12 /décembre /2017 18:02

L’Europe que les pères fondateurs ont construite est unique dans l’histoire de l’humanité. La construction européenne est devenue un modèle pour de nombreux peuples. C’est la première fois qu’une union s’est créée par le dialogue, par les échanges, par la négociation, et pas par la force de baïonnettes. A l’heure où les forces centrifuges et guerrières se mettent en branle, de l’Ukraine au Proche-Orient, de l’Afrique à l’Asie, de nombreux pays envient notre Europe.

Le modèle européen s’est construit en opposition à l’Europe de l’Est, qui a aussi cherché à créer une communauté économique à travers le COMECON. Mais ce sont bien les chars du Pacte de Varsovie qui ont écrasé dans le sang les révoltes et printemps de Berlin, Poznan, Budapest ou Prague.

L’Europe des pères fondateurs s’est construite sous la protection du parapluie de l’Otan, garantissant notre indépendance.

A travers le discours du 9 mai 1950, la création de la CECA en 1951, et le Traité de Rome, elle avait un triple objectif :

  • Assurer la paix à travers une Communauté économique qui rendrait impossible la guerre ;
  • Développer un cadre démocratique protecteur des citoyens ;
  • Assurer la prospérité à travers une solidarité et une Union économique.

Seul, le refus de la France, par l’alliance du Parti communiste et des Gaullistes a empêché la création d’une Europe politique à travers la Communauté européenne de défense (CED) en 1954.

Une Europe politique à travers un projet fédéraliste est la seule option qui permettrait de donner une nouvelle dynamique au projet européen avec une fiscalité commune, une politique sociale commune et un projet politique commun. C’est à quoi nous sommes attachés.

Plus de démocratie et de protection

 

Les conditions pour adhérer à l’Europe sont issues des ambitions des pères fondateurs : les valeurs fondamentales de l’Europe sont basées sur un Etat de droit et la hiérarchie des normes permet seulement aux pays de mettre en place une législation plus favorable.

Sans les impulsions données par l’Europe, nous n’aurions pas eu une législation aussi protectrice du droit des consommateurs, la protection de l’environnement n’aurait pas été mise au cœur de nos législations, nos étudiants ne pourraient pas voyager aussi librement d’un pays à l’autre.

L’application récente d’une directive européenne a obligé des employeurs français à payer la totalité des heures réalisées par des veilleurs de nuit qui étaient payés trois heures pour douze heure de présence

De même, qui peut faire croire que la France aurait pu réduire le taux de nitrates dans les eaux sans les pressions exercées par l’Union ?

Mais surtout, quelle autre Union au monde met dans ses Traités comme condition d’appartenance le respect des droits fondamentaux tels que l’abolition de la peine de mort, l’interdiction de la torture et de la traite des êtres humains, la défense des droits civiques, politiques, sociaux et culturels, la défense de la nature universelle et indivisible des droits de l’homme ?

Nous avons besoin de plus d’Europe pour faire progresser la démocratie et protéger les citoyens.

Face aux forces centrifuges, nous avons besoin d’une Europe fédérale qui permette de renforcer la protection des consommateurs, de l’environnement, des droits fondamentaux, d’inclure la protection des droits de l’homme dans les traités commerciaux.

La prospérité et l’union fiscale et sociale

 

Lorsqu’on compare l’évolution de l’Europe de l’Ouest et de l’Europe de l’Est entre 1945 et 1989, force est de constater que le niveau de développement de l’Ouest a connu une croissance phénoménale pendant que l’Est stagnait.

Good bye Lénine ! A l’Est, qui ne se rappelle pas des pénuries de produits de base, des queues de plusieurs heures pour du pain, des Trabant en panne ? Lorsque l’Europe de l’Est sort du glacis en 1989, elle est massivement touchée par la pauvreté avec un niveau de vie nettement plus faible qu’à l’Ouest.

C’est la solidarité européenne qui a permis dès les années 1960-70 aux régions les plus pauvres de France de se développer. Ainsi, la Bretagne qui avait un PIB inférieur de 20% à la moyenne nationale en 1954 a rattrapé le retard malgré un enclavement géographique, mettant fin à l’exode rural ;

C’est la solidarité européenne qui a permis aux pays sortant de dictatures de droite (Espagne, Portugal, Grèce) de sortir de la pauvreté dans les années 1980 ;

C’est la solidarité européenne qui a permis aux Pays de l’Est de rattraper une partie du retard accumulé pendant 45 ans.

C’est la solidarité européenne qui a permis à l’Europe de connaitre la période de prospérité et de paix la plus longue de son histoire.

Mais il reste du chemin à parcourir…

Ce chemin, celui d’une Union qui protège, celui d’une Union qui partage, celui d’une Union qui croit, peut être parcouru.

Il a pour condition que les pays renoncent à une partie de leurs prérogatives pour construire une fiscalité commune, une politique sociale commune, dans le cadre d’une Europe fédérale. 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Emmanuel Drouin

Habitant le centre-ville de Segré, je suis enseignant en économie à l’Ecole supérieure d’agriculture d’Angers. Responsable d’une association de solidarité, puis d’un club sportif, j'ai acquis la conviction que pour Segré, la concertation avec les habitants et les acteurs du territoire est la démarche pour construire un projet ambitieux. Au quotidien, mon action se porte vers la constitution de ce projet des Segréens. Je travaille avec mon équipe et les élus de l’opposition de Segré. J’échange aussi avec les élus du Maine-et-Loire et d'autres départements. Souhaitant sortir Segré de son immobilisme, j’ai les compétences et l’équipe pour le faire.

Contacts

Mail.png Facebook.png Twitter