Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 février 2019 1 18 /02 /février /2019 16:52

"Et pourtant, le sacré nous est imposé par la République : la Shoah, le 11 septembre, Israël, le sionisme". Voici le commentaire que laissait l'association Falsafa sur Facebook le 8 février 2015. En mélangeant consciemment le sionisme, Israël, la Shoah et le 11 septembre, Falsafa dérivait gravement et ne pouvait ignorer que les victimes de l'hypercasher avaient été tuées parce que juives. Quelques mois plus tôt, Falsafa invitait dans une salle municipale Houria Bouteldja, une militante dont les textes sont antisémites sous couvert d'antisionisme (les blancs, les juifs et nous).

Un mois après le massacre de l'hypercasher, les défenseurs de la République ne prenaient pas la mesure que ces propos sulfureux n'étaient que les premiers d'une longue dérive. Certes, l'un des leaders de Falsafa, le docteur Azzouzi (suspendu du CHU depuis la rentrée 2018 pour harcèlement sexuel présumé) se lâchait  en 2014 « Si une personne qui s'oppose aux bombardements d'enfants est qualifiée d'antisémite, alors oui, je suis antisémite et je l'assume. ». En février 2015, il démissionnait avec fracas du conseil municipal d'Angers en faisant l'éloge de Tariq Ramadan et en vouant aux gémonies Caroline Fourest, Patrick Pelloux et Finkielkraut...

Quelques mois plus tard, Falsafa relayait une campagne contre "Tel Aviv sur Seine", se joignant aux pires antisémites. Cette opération de boycott n'était pas dirigé contre les colonies israéliennes en Cisjordanie mais contre la principale ville d'Israël, de surcroit une ville progressiste et de gauche.

 Qui aurait pensé en 2012 après les crimes de Merah, et 4 ans après  hypercacher que les discours qui légitiment l'antisémitisme se transformeraient en actes sur le terrain : agressions de Juifs, menaces contre d'autres qui doivent déménager, une femme, Mme Knoll défenestrée, tags "Juden" sur des vitrines ? Les responsables politiques n'ont pas pris la mesure de la vague antisémite qui parcourt notre pays. 

Dans ce cadre, comment la maison de quartier des Hauts de Saint-Aubin a pu organiser en 2017 une conférence en collaboration avec Falsafa ?

Pourquoi la ville d'Angers a prêté ou loué la salle Daviers à Falsafa en 2017 ?

Pour quelles raisons des responsables politiques angevins "likent" la page Falsafa?

A droite, mais surtout à gauche, des élus dans notre pays par culture clientéliste ou par conviction partagent des liens avec des associations sulfureuses.

Cette gauche là n'est pas à la hauteur des enjeux . Malgré tous les dégâts sociaux que peut faire la droite, il vaut mieux perdre les élections que son âme. La vraie gauche n'a pas les mêmes valeurs que celle qui a une certaine forme de complaisance avec l'antisémitisme.

Participer à la manifestation mardi contre l'antisémitisme n'est pas un brevet d'immunité. Elle exige que les actes soient en conformité avec les convictions. Il est encore temps

 

Antisémitisme : quand certains sur Angers ont joué avec le feu

Partager cet article

Repost0

commentaires

Greg 29/03/2019 17:30

En l'occurrence, là, la seule personne qui fait des menaces c'est vous.

Greg 21/02/2019 16:28

La diffamation est une allégation ou l'imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur et à la considération d'une personne.
Elle est punissable par une amende de 12 000 €.

Emmanuel Drouin - Segré 21/02/2019 17:34

En même temps s'il y a recours à la 17e chambre, ça permettrait de mettre sur la place publique le clientélisme pratiqué en Maine-et-Loire, et informer la presse sur les propos tenus ces dernières années par Falsafa sur la Shoah, le sionisme, le 11 septembre, Israël, Tel Aviv sur Seine...

EDrouin 21/02/2019 16:40

De quoi voulez-vous parler ? Y-a-t-il des éléments factuellement faux ? Si c'est le cas, je vous prie de me les communiquer publiquement et je les supprimerai. En l'absence de réaction de votre part, je considérerai que ce sont des menaces...

Emmanuel Drouin

Habitant le centre-ville de Segré, je suis enseignant en économie à l’Ecole supérieure d’agriculture d’Angers. Responsable d’une association de solidarité, puis d’un club sportif, j'ai acquis la conviction que pour Segré, la concertation avec les habitants et les acteurs du territoire est la démarche pour construire un projet ambitieux. Au quotidien, mon action se porte vers la constitution de ce projet des Segréens. Je travaille avec mon équipe et les élus de l’opposition de Segré. J’échange aussi avec les élus du Maine-et-Loire et d'autres départements. Souhaitant sortir Segré de son immobilisme, j’ai les compétences et l’équipe pour le faire.

Contacts

Mail.png Facebook.png Twitter