Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2019 2 25 /06 /juin /2019 21:38

Le conseil communautaire d'Anjou bleu communauté du 25 juin 2019 a été l'occasion d'aborder la question de la gestion des déchets sur le Segréen. 2 délibérations étaient consacrées à cette question. Voici le texte de nos interventionons.. une Fois  de plus, Gilles Grimaud n'a pas défendu les intérêts des habitants mais ceux de Suez. 

 

Délibération 10 Marchés de collecte, tri et traitement des déchets ménagers et prestations associées 

 

Le partage entre Suez et Véolia : un duopole intelligent

Dans la délibération que vous proposez, un marché est attribué à Véolia et un autre à Suez. Ce partage du marché fait écho à ce que dit M. Bertolini, directeur de recherche au CNRS, qui évoque un « duopole intelligent ». Un duopole, c’est quand le client a face à lui 2 fournisseurs. Bertolini évoque un « duopole intelligent  dans ces termes : « La concurrence entre eux a été qualifiée de concurrence des crocodiles. Pour les économistes, la situation renvoie au duopole intelligent : la collusion n’est pas nécessaire, la connivence suffit. Dans certains cas, la réponse de l’autre au même appel d’offres ne constitue qu’un simulacre de compétition ; elle sert de faire-valoir au premier ; à charge de revanche, sur un autre terrain ».

Bertolini ajoute : « le Groupe Suez jouit d’une position dominante sur ce segment, mais on peut affirmer à ce sujet ménage les ressources rares que constituent les centres de stockage, en maintenant des tarifs élevés ».

Quand on voit les profits massifs générés par Suez avec la décharge angevine de Champteussé-sur-Baconne, on ne peut que s’interroger sur cette analyse de Bertolini.

Un duopole mais un seul client : un monopsone

Face à ce duopole, ce marché a la particularité sur un territoire d’avoir un seul client. Le client, ce n’est pas l’un des 36 000 habitants d’Anjou bleu communauté (Com com de Segré - Pouancé - Candé). Le client, c’est ABC, le client, c’est nous, les élus d’ABC. Ca s’appelle un monopsone.

Celles et ceux qu’ils doivent convaincre, c’est nous, pas l’habitant qui lui n’a pas le choix. Au vu de l’histoire de Suez, on peut s’interroger : la Lyonnaise des eaux, ancêtre de Suez, a été fortement impliquée dans les affaires de corruption, notamment Botton-Noir, Carignon. Et jusqu’aux lois de 1995 sur la moralisation de la vie politique, les entreprises pouvaient financer les campagnes électorales.

Et quand on sait que Suez a financé la campagne de Donald Trump, on peut d’autant plus s’interroger, mais c’est vrai que c’est légal aux Etats-Unis.

On peut comprendre que Suez essaie de convaincre les élus. Elle ne peut plus financer leurs campagnes électorales. Par contre,, ces entreprises peuvent sponsoriser des associations locales, et elles en s’en privent pas. On peut alors s’interroger sur les raisons qui poussent Suez à sponsoriser de nombreuses associations locales comme le club de foot de Segré. Qui veulent-ils convaincre ? Les fans de foot, ou nous les élus ?

 

Quand Suez fait de la propagande auprès des enfants d’ABC avec la complicité du SISTO

Ce matin, la presse s’est faite l’écho d’une action co-organisée par le SISTO et Suez auprès d’enfants. Et là, c’est inacceptable. Comment peut-on laisser une multinationale manipuler des enfants du Segréen alors qu’elle fait des profits gigantesques sur le dos des parents ?

Que les élus du SISTO organisent ce concours soit, ça peut se concevoir. Mais que cela serve à faire la promotion de Suez auprès des enfants, c’est scandaleux. Et le fait que le directeur de Suez et le président du SISTO soient interrogés dans le même article laisse songeur… C’est assez peu conforme à la charte éthique de Suez mais après tout, ce n’est qu’une charte…

D’ailleurs, la directrice de la communication de Suez Grand Ouest s’est empressée de twitter à propos de cette opération. 

Délibération 11 : Marché de collecte et de traitement des déchets verts 

La délibération que vous proposez oublie de préciser Méta Bio est une filiale de Suez. Or, Suez a été champion du monde de l'incompétence dans la gestion du dossier Méta bio et a été mis en demeure par le préfet. 

Suez est totalement responsable de la situation et veut nous faire payer 22370€. 

C'est totalement inacceptable quand on sait que la décharge angevine de Champteussé-sur-Baconne, filiale de Suez, génère un bénéfice après impôt considérable de 5,8M€ pour un chiffre d'affaires de 17M€. 

Suez a largement les moyens d'assumer son incompétence en payant cette facture. 

Il est vraiment plus que temps de s'atteler au passage en régie intercommunale de la gestion des déchets et ne plus avoir affaire à ces multinationales. 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Emmanuel Drouin

Habitant le centre-ville de Segré, je suis enseignant en économie à l’Ecole supérieure d’agriculture d’Angers. Responsable d’une association de solidarité, puis d’un club sportif, j'ai acquis la conviction que pour Segré, la concertation avec les habitants et les acteurs du territoire est la démarche pour construire un projet ambitieux. Au quotidien, mon action se porte vers la constitution de ce projet des Segréens. Je travaille avec mon équipe et les élus de l’opposition de Segré. J’échange aussi avec les élus du Maine-et-Loire et d'autres départements. Souhaitant sortir Segré de son immobilisme, j’ai les compétences et l’équipe pour le faire.

Contacts

Mail.png Facebook.png Twitter