Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 16:00

Les résultats sont tombés. Au deuxième tour, les électeurs du canton de Segré auront le choix entre les candidats de la droite, et ceux du Front national.


Voter pour les candidats républicains

Il va sans dire que pour le 2e tour, je voterai et j'appelle à voter pour les candidats Gilles Grimaud et Marie-Jo Hamard. Je n'ai jamais fait oeuvre de complaisance vis-à-vis d'eux. Ainsi, en Communauté de communes, je suis souvent le seul élu à oser affronter le président même si bon nombre d'élus n'en pensent pas moins.

 

Mais faire de la politique, c'est faire des choix. Les candidats de droite sont des républicains dont je ne partage pas les idées et les actions, mais ce sont des républicains.

En revanche, pour des raisons politiques et personnelles, je ne partage pas les valeurs du Front national c'est pourquoi je rejoins l'appel national de Manuel Valls et départemental de Grégory Blanc à soutenir les candidats républicains.

 

Un triple échec

 

Il n'en demeure pas moins qu'une analyse doit être faite. C'est en effet la première fois que le Front national fait un score aussi important sur le Segréen : 23 %. C'est le résultat d'un triple échec local qui s'ajoute au contexte national.

 

L'attitude d'EELV :

 

ne présentant pas de candidats, les représentants du PS sur le Segréen Jean-Noël Gaultier en tête ont rencontré les représentants d'EELV pour leur proposer notre soutien. EELV a accepté du bout des lèvres un communiqué de presse de soutien que nous avons également relayé à nos militants et sympathisants.

Or nous proposions une conférence de presse commune, le logo sur les tracts et bulletins de vote et un soutien des têtes d'affiche du PS sur les tracts. EELV a refusé préférant une campagne autonome.

Et la campagne de dénigrement du gouvernement par certains leaders nationaux d'EELV a contribué à rebuter une partie de nos militants et sympathisants.

 

Une absence de campagne de la droite :

 

Les candidats de droite n'ont pas fait campagne. Ils en paient la note au 1er tour : ils font moins de 25% des inscrits.

Seulement 3 réunions publiques contre 32 en 2011, pas de comité de soutien, un seul tract pour toute la campagne, aucune présence sur les marchés... Le bilan à présenter n'était certes pas très bon avec le gouffre de Terra Botanica et les hausses d'impôts. Mais pourquoi ne pas avoir fait campagne ?

 

 

L'absence de candidats socialistes

 

Malgré la présence d'élus sur le Segréen (Conseiller régional, conseillers municipaux...) et de militants et sympathisants, nous n'avons pu proposer un quadrinôme aux électeurs du Canton de Segré. L'abstention a été forte dans les communes et bureaux de vote de gauche. Certes, le nombre de voix pour la droite et du FN aurait été probablement le même mais une partie de notre électorat s'est senti orphelin.

il est temps de réactiver notre présence sur le terrain car une absence à d'autres élections aurait des conséquences pour le PS sur le Segréen.



Partager cet article

Repost0

commentaires

Sandra Contamina 24/03/2015 08:49

Remettons les choses en contexte : si EELV a accepté un soutien du PS "du bout des lèvres" c'est que ce soutien a été proposé du bout des lèvres, à quelques jours du 1er tour. Quel sens cela avait
de proposer un soutien officiel du PS sur les tracts EELV quand ceux-ci étaient partis depuis longtemps à l'imprimerie ?
Je comprends qu'il faille essayer de sauver les meubles, mais n'oubliez pas qui a fait campagne pendant ces élections.

Emmanuel Drouin - Segré 24/03/2015 12:07



Soyons factuels, que les tracts soient déjà partis à l'imprimerie 15 jours avant l'élection, c'est possible, mais rien n'empêchait une conférence de presse commune.


Essayons de tirer les leçons pour l'avenir : pour se développer sur le Segréen, la gauche et les écologistes ont besoin d'unité sur ce qui les rassemble. Et les projets sur lesquels on peut
travailler ensemble sont nombreux : le bio dans les cantines des écoles, la lutte contre la pollution de l'Oudon, le développement des transports collectifs, le retour du train  à Segré
(certes encore utopique mais qui sait), le soutien au commerce de proximité dans les petites communes, la culture pour tous...


Certes, il reste des sujets de divergence notamment nationaux, mais si on ne travaille pas ensemble, on laisse un boulevard à la droite locale.



Emmanuel Drouin

Habitant le centre-ville de Segré, je suis enseignant en économie à l’Ecole supérieure d’agriculture d’Angers. Responsable d’une association de solidarité, puis d’un club sportif, j'ai acquis la conviction que pour Segré, la concertation avec les habitants et les acteurs du territoire est la démarche pour construire un projet ambitieux. Au quotidien, mon action se porte vers la constitution de ce projet des Segréens. Je travaille avec mon équipe et les élus de l’opposition de Segré. J’échange aussi avec les élus du Maine-et-Loire et d'autres départements. Souhaitant sortir Segré de son immobilisme, j’ai les compétences et l’équipe pour le faire.

Contacts

Mail.png Facebook.png Twitter