Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Segré en Anjou bleu - Rassemblés !

Rassembler à Segré en Anjou bleu !

Intermarché, Norauto... Quel avenir pour la zone de l'Ebeaupinière ?

com

Située en dehors des principaux axes domicile-travail, éloignée de la 4 voies, à l'écart des zones habitées et des pôles d'activité, la zone commerciale de l'Ebeaupinière à Segré a mis longtemps à se développer. 

L'arrivée d'une grande enseigne alimentaire, annoncée dès 2006, ne s'est concrétisée que fin 2014 avec l'arrivée d'Intermarché. D'autres cellules commerciales étaient prévues dans la foulée ainsi qu'un centre automobile Norauto. 

Fin 2017, Intermarché et ses filiales semblent avoir renoncer à développer une zone commerciale autour du supermarché, et l'arrivée de Norauto n'est plus évoquée. 

Cette zone est-elle viable alors que de grands acteurs du commerce et de la restauration tels que McDonald's ont préféré s'installer dans le quartier de la Renaissance, près du Super U, et au croisement de l'axe Angers-Rennes et Nantes-Laval ? 

Force est de constater que le groupe minoritaire de Segré a dès 2006 alerté sur le fait que développer une zone commerciale risquait d'aboutir à un échec commercial. 

A l'heure actuelle, seul l'Intermarché s'est développé sur la tranche 4 avec un restaurant. Quelles sont les perspectives de développement ? Nous n'avons pas en tant qu'élus la réponse de la part du Maire de Segré en Anjou bleu. 

Pourtant, le développement de la zone de l'Ebeaupinière a coûté plusieurs millions d'euros, notamment pour l'aménagement de la tranche 4. Le surendettement de la communauté de communes de Segré, devenue depuis Segré en Anjou bleu, s'explique notamment par les coûts générés par la zone de l'Ebeaupinière. 

Compte-tenu des dépenses déjà occasionnées, il est temps que l'équipe municipale annonce clairement quelles sont les perspectives de développement de la zone commerciale autour de l'Intermarché 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article